Comment investir dans un pays étranger ?

Mise à jour le 26 novembre 2018 - Patrimoine et défiscalisation
Article publié le 23 novembre 2018
maison-plage

Que ce soit pour réaliser un investissement locatif ou pour acquérir sa maison principale ou secondaire, de plus en plus de Français se laissent tenter par un achat immobilier à l’étranger. Mais avant de se lancer, il est important de bien connaître les procédures à suivre.

Être bien préparé

Acheter un appartement ou une maison en France n’est déjà pas très simple. Alors, vous pensez bien que lorsqu’il s’agit de réaliser cette opération dans un pays étranger, il est impératif de ne pas se lancer à la légère. Les règles juridiques entourant un achat immobilier pouvant différer des lois françaises, mieux vaut donc être bien préparé.

Se rendre sur place

Vous devez bien réfléchir à l’endroit dans lequel vous souhaitez investir. Ne vous fiez pas uniquement aux prix attractifs, la stabilité du pays, tant économique que politique, doit également être prise en compte. Épluchez les annonces sur Internet mais également les magazines spécialisés. Une fois arrêté sur une destination, faites appel à un spécialiste du droit immobilier international pour qu’il vous assiste dans vos démarches. Il est essentiel en outre de vous rendre sur place avant de conclure la vente. Pour éviter les mauvaises surprises, mieux vaut en effet vérifier l’état de la construction, s’il est nécessaire ou non d’effectuer des travaux, etc. Si vous investissez dans un appartement situé dans une résidence en copropriété, assurez-vous que cette dernière est occupée. Autrement dit, vérifiez bien que vous n’êtes pas l'unique propriétaire, sinon, si des travaux doivent être effectués, vous seriez le seul à payer.

Quelle fiscalité ?

Vous devrez également vous intéresser à la fiscalité et vous renseigner sur le montant des taxes locales à payer. Notez qu’en cas d’investissement locatif, tous les revenus issus de la location devront être déclarés au fisc de votre pays d’imposition. Si vous êtes fiscalement rattaché à la France, vous devrez donc payer l’impôt français sur tous vos revenus même ceux provenant de l’étranger. Vous devrez aussi indiquer les ouvertures et clôtures de comptes bancaires réalisées dans l’année. Enfin, n’oubliez pas de vérifier si la France et le pays dans lequel vous allez acheter votre bien n’ont pas signé une convention de non-double imposition.

Dans quels pays investir ?

Si vous voulez garder plus facilement un œil sur votre bien, le mieux est encore d’investir en Europe. Durement touchée par la crise, l’Espagne, par exemple, a vu son parc immobilier perdre beaucoup de valeur, quel que soit le type de bien (studio, villa, etc.). Si vous souhaitez acheter pour louer, l’attractivité de certaines villes (Barcelone et Madrid pour ne citer qu’elles) permettra à votre bien trouvera preneur tout au long de l’année et pas seulement pendant la période estivale. Le Portugal offre également de belles perspectives pour attirer les retraités étrangers. Ces derniers verront leur pension totalement exonérée d’impôt sur le revenu. Le Maroc et la Tunisie restent aussi des valeurs sûres. De nombreux logements sont construits chaque année dans les deux pays à des prix abordables. Des privilèges fiscaux sont en outre octroyés aux étrangers résidant au moins six mois et un jour dans l’un de ces deux États méditerranéens. Enfin, pour ceux qui aiment l’aventure et que de longs voyages n’effraient pas, vous pouvez opter pour le Brésil. Le marché résidentiel est en développement constant et le taux de rentabilité pour le moins séduisant (de 10 à 12 % selon Laurent Henrio-Lacombe, directeur de 37 Capital, interviewé par le quotidien 20 minutes).

Comment financer cet achat ?

Si vous ne disposez pas de fonds suffisants pour acheter votre bien immobilier, vous devrez avoir recours à un prêt immobilier et vous savez que les banques peuvent se montrer frileuses si votre dossier n'est pas solide. Pour un investissement à l’étranger, dites-vous que les conditions d’octroi se durcissent, les établissements craignant que l’emprunteur ait du mal à rembourser son crédit. Conséquence : pour avoir une réponse favorable, il vaudra mieux avoir un apport personnel assez important. Investir à l’étranger présente des avantages certains à condition de bien préparer son projet. Mais pour éviter les écueils liés à la distance ou à une mauvaise connaissance du marché immobilier local, n’hésitez pas à vous entourer d’experts.

© AB Courtage. Article écrit par Aurélie Pagny.
Partager sur :